Helichryse-Naturactive-Charonbellis
Melting-pot

Balade champêtre avec Naturactive et les laboratoires Pierre Fabre dans les champs d’Hélichryse à Lavaur

Il y a quelques jours, j’ai passé un nouveau moment privilégié avec Naturactive dans les champs d’Hélichryse italienne à Lavaur dans le Tarn. En arrivant sur place, j’ai été surprise car le champ en question, j’y suis passée de très nombreuses fois devant, en pensant que c’était du colza ou une plante dérivée avec ces jolies fleurs jaunes… Mais une fois au milieu des plantes, j’ai compris que j’avais tout faux. Avec ses airs de romarin ou de lavande grâce à ses petites feuilles au gris-vert si caractéristique, je ne sais pas comment j’ai pu me tromper !
(bizarrement depuis mon dernier passage et cette visite j’ai changé de lunettes, on comprendrait presque pourquoi !)

Une fois dans le hangar, entourée des champs de lin pour les produits Klorane, et de soja, j’ai été surprise par l’odeur de curry qui se dégageait des plantes fraichement coupées. Il faisait beau, chaud, ça sentait bon, la journée ne pouvait pas mieux démarrer ! Et c’est donc à partir de ce moment là que j’ai commencé mon apprentissage sur l’Hélichryse italienne.

Avant cette journée, je ne connaissais la plante que sous son autre nom : l’Immortelle. Laquelle d’entre nous n’a jamais vu une pub de la gamme de produits L’Occitane en Provence dans la presse féminine ? En me renseignant un peu sur le petit guide des plantes Naturactive (disponible gratuitement en pharmacie), j’en ai appris un peu plus sur ses bienfaits apaisants et régénérants.

Mais avant de te donner les astuces pour utiliser cette plante magique, revenons un peu sur tout le travail qu’il faut mettre en œuvre pour arriver à nous fournir ces précieux flacons d’huiles essentielles.

Helichryse-Naturactive(3)-Charonbellis(tu comprends pourquoi une fois la plante sous le nez, je me suis demandée comment j’ai pu m’être trompée en la prenant pour du colza ?! Je peux aller me cacher, je sais…)

Certains d’entre vous le savent peut-être mais l’Hélichryse italienne n’est pas une plante que l’on trouve dans notre région. Cette plante sauvage est originaire du bassin méditerranéen et surtout du maquis Corse. Pour réussir à la cultiver chez nous, les équipes de chez Pierre Fabre ont fait un pari à la fois risqué et ambitieux car à la base rien n’était fait pour accueillir la plante. Au contraire, le climat humide du Tarn en hiver et son sol argileux était plutôt à l’opposé des besoins de cette plante rocailleuse. Mais à force d’études, une solution a été trouvée : grâce à une culture sur des bandes butées et bâchées pour éviter des sols humides et la stagnation de l’eau, tout était possible.
Après un essai avec une parcelle pilote, en 2014, la marque se lance dans la production à grande échelle pour sécuriser l’approvisionnement en huiles essentielles.
Au total, 7,5 hectares exploités en culture biologique (l’exploitation est certifiée haute valeur environnementale), ce qui représente plus de 130000 plants, sont consacrés à l’explotation d’Hélichryse.

La première récolte a eu lieu en juin 2015, et au total c’est 8 tonnes de sommités fleuries qui ont été distillées. La plante a donc montré qu’elle s’était parfaitement adapté à notre climat.

Cette année la récolte a commencé le 20 juin, et j’ai eu la chance de voir les champs d’Hélichryse encore fleuris le 22 juin.
La récolte et la distillation se déroulent sur une semaine, et les équipes travaillent 24h/24. Pour garder leurs propriétés, les fleurs fraîches sont placées dans la cuve de l’alambic mobile installé sur la parcelle, et l’huile essentielle est produite sur place.
Même si aujourd’hui on a tendance à penser que tout est automatisé, j’ai été étonnée de voir que la production est presque artisanale. Pour remplir la cuve en inox de l’alambic remplie, il faut tasser les fleurs à la main, enfin c’est plus au pied puisqu’il faut grimper dans la cuve et tout piétiner. Ça a été une grande expérience ! C’était la première fois que je mettais les pieds dans une cuve et c’était plutôt rigolo de sentir les fleurs se tasser sous mes pas… Mais avant que l’on ne s’amuse à patauger dans les fleurs, il a fallu vider la cuve du marc de fleurs… Un exercice plus que physique avec la chaleur qu’il faisait (et qui s’ajoutait à celle des fleurs de la cuve…).

Helichryse-Naturactive-Charonbellis(un petit bain de vapeur au marc d’Hélichryse ?)

Helichryse-Naturactive(2)-Charonbellis(ouiiii je m’amuse comme une folle !)

Une fois ce travail effectué, il suffit de refermer le couvercle et attendre 2h pour que la distillation se fasse.

Pour mémoire, l’alambic fonctionne comme tout ceux que l’on a pu découvrir dans nos manuels de physique-chimie au collège (c’est parti pour un petit cours express).

Helichryse-Naturactive(8)-Charonbellis

Les fleurs sont dans la cuve, une chaudière crée une vapeur qui va se charger des fractions volatiles de la plante dont l’huile essentielles. La vapeur chargée d’eau sort de la cuve par le col de cygne et se condense après le passage dans le serpentin. Le mélange est recueilli dans un essencier où les composants se séparent par différence de densité : l’huile essentielle, plus légère est au-dessus de l’hydrolat.

L’huile qui en sort sera ensuite analysée et conditionnée à Cahors.

Pour te donner quelques chiffres histoire de comprendre encore plus les enjeux pour la marque, il faut 500kg de sommités fleuries pour obtenir 1kg d’huile essentielle.  Il faut donc 3kg de sommités fleuries pour remplir le plus petit flacon !
Cette année, après 3 ans d’expérimentation, et alors que la 2e récolte a été effectuée, la marque va pouvoir faire un bilan technique et économique du projet, je l’espère, poursuivre la culture de l’Hélichryse.

Helichryse-Naturactive(3)-Charonbellis

Lorsque nous étions dans le champ, nous avons pu remarquer qu’il y avait de nombreuses abeilles sur les fleurs, leurs pattes étaient presque oranges tellement qu’elles étaient chargées de pollen.
On nous a expliqué que, comme à Terre d’Avoine chez A-Derma, dans le cadre de la certification Haute valeur environnementale, des ruches ont été installées au moment de la floraison pour conserver la présence d’insectes pollinisateurs mais également essayer de faire du miel d’Hélichryse. Inutile de te préciser que j’espère que ça marchera et que l’on pourra en trouver d’ici peut de temps !

Ce jour là, à condition d’avoir une casquette et une veste pour ne pas cramer, le bonheur était dans le champ !

Mais concrètement, on en fait quoi de ces huiles essentielles ?
Comme je le disais tout au début, l’Hélichryse est une plante apaisante et régénérante (anti-hématome, anti-inflammatoire, cicatrisante…). Après avoir vérifié avec son pharmacien (une fois de plus je ne suis pas médecin, et même si je conseille des choses qui me vont il vaut mieux vérifier que ça soit le cas de toute le monde avant de faire n’importe quoi), on peut s’en servir :
– exceptionnellement pure à la place de l’Arnica après un choc ou un coup en appliquant 1 à 2 gouttes sur la zone (sans dépasser 6 gouttes le 1er jour) et en dilution à 5% par la suite (ex : pour un flacon de 10 ml, on verse 10 gouttes d’huiles essentielles dans 10ml d’huile végétale). J’ai pu essayé ce mélange quelques jours après, et j’ai été bluffée par l’efficacité de la mixture. Je n’ai jamais vu un hématome disparaitre aussi rapidement !
– pour les peaux matures, en huile de soin pour le visage : dans un flacon, remplir la à moitié d’huile d’argan et l’autre moitié d’huile de rose musquée, y diluer à 1% un mélange d’huiles essentielles d’Hélichryse italienne + d’huiles essentielles d’Ylang Ylang. Appliquer en évitant le contour de l’œil.

Helichryse-Naturactive(5)-Charonbellis

Une fois de plus, cette journée était placée sous le signe de la découverte. Ai-je besoin de préciser qu’une fois de plus j’y ai rencontré des personnes passionnantes et passionnées qui nous ont expliqué toutes ces choses simplement et qui ont rendu ces moments si agréable ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Article précédent Article suivant

Vous devriez également être intéressé par

3 Commentaires

  • Reply the clothes paper 6 juillet 2016 at 15 h 51 min

    Oh ça devait être super intéressant !

    • Reply charonbellis 6 juillet 2016 at 19 h 45 min

      C’était même encore mieux que ça. J’ai eu mal fou à écrire un article aussi « court » (alors qu’en fait c’est un roman !). J’ai découvert tellement de choses !
      Si on avait des journées comme ça au collège pour découvrir la distillation, je pense que beaucoup d’élèves seraient copains avec les sciences !

  • Reply Chouca 14 juillet 2016 at 8 h 56 min

    Le genre de chose qui me plairait beaucoup § Merci du partage !

  • Laisser un commentaire

    Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.